Archive de la catégorie ‘Le Sud’

Aiguilles de Bavella

Mercredi 23 février 2011

Les aiguilles de Bavella, observées depuis le col qui porte leur nom, semblent suspendues au-dessus d’une forêt de gigantesques pins loricio. Ce site naturel cor­respond à l’une des images les plus célèbres de la Corse.

Plateau du Coscione

Mercredi 23 février 2011

Dominant tout le sud de l’île, ce plateau érodé par les glaciers accueille toujours les troupeaux de la région durant l’été. Les bergers et leurs familles y séjournent dans des bergeries regroupées çà et là ou milieu de rochers recouverts de lichens. Les étendues fleuries de digitales et d’aconit sont recouvertes de neige l’hiver et permettent le ski de fond.

Bastelica

Mercredi 23 février 2011

Le plus haut villoge de la vallée du Prunelli (800 m), étage sur les versants du Monte Renoso, constitue le point de départ d’un itinéraire splendide menant du col de Menta au barrage de Tolla en pas­sant par le pont génois de Zipitoli, la cascade de Sant’Alberto, Belvédère (vue majestueuse sur le bar­rage de Tollo et les gorges de Prunelli) et Tollo.

Conca

Mercredi 23 février 2011

La N198 longe la totalité de la Côte des Nacres, soulignant successive­ment les anses de Fautea, de Tarcu, de Fovone, de Tanone et de Can­nelle avant de rejoindre l’importante station de Solenzara. Fautea et Favone sont, en comparaison, de bien modestes pôles balnéaires. Ils sont rattachés ou village de Conco, perché dons lo montagne au milieu de lo forêt. L’accès au rivage est malheureusement souvent impos­sible à couse de la privatisation des sentes qui permettraient de le rejoindre. Par contre, l’itinéraire « More a Mare » démarre de Conco. Il permet ou randonneur de rallier Propriano sur la côte occidentale, en cinq étapes. Ce magnifique parcours pas­sant à Quenza, Levie, au ccsrello de Cucuruzzu, traverse lo forêt de l’Ospédale ainsi que le plateau du Coscione qui domine toute la partie méridionale de lo Corse. L’itinéraire N°l du GR 20, quant à lui, permet de relier Conca à Bavella en six à sept heures. Il emprunte l’ancien chemin de transhumance. Deux points d’eau oinsi qu’un refuge se trouvent sur le parcours. Ronch, route de Conca. Promenades d’une journée en montagne ou galops sur la plage, avec guide. Escalade à la Punta Calcina, falaise divisée en cinq parties, face ouest équipée en rings, voies en cinq et six heures. Escalade des falaises du col de Bavella, tous niveaux. Porapente à la Punta Calcina, vers le golfe de Pinarellu. Parachute ascensionnel, bouées, ski nautique, ski-bus, planche à voile, hobi-cat, pédalos, etc. sur la plage de Favone. Cours de tennis à Favone, Tarcu, Conco et Figa. Manifestations : « A Foldetto », Conservatoire du costume corse (essentiellement du XIXe siècle), salle polyvalente. Tél.: 95.71.43.19. Procession avec flambeaux le 14 août puis messe en l’honneur de la Sainte Vierge. Pèlerinage le 5 août célébrant lo « Maternelle Royauté de Notre-Dame-des-Neiges » à Bavella.

Lecci de Porto Vecchio – Zonza

Mercredi 23 février 2011

Lecci, petit villoge traversé par la N 198, est limité au sud-ouest par l’Osu qui se jette dans lo baie de Stognolu. La presqu’île de Bene-dettu qui s’incline vers l’intérieur de la baie de Stagnolu entoure l’embouchure de cette rivière, espace très marécageux et boisé par endroits. Les dunes, qui s’étirent tout le long de l’isthme conduisant à la presqu’île et que borde une longue plage, sont occupés par des cabanons. On peut atteindre le bout de la presqu’île grâce à la D 468 A. La Punta San Ciprianu sépare l’anse de Tramulimaccia de lo baie de Son Ciprianu. Elle est équipée d’un phare et presque entièrement couverte de villas qui donnent sur la charmante Cala Rossa encadrée par des rochers. De même, le fond de lo baie de San Ciprianu est colonisé par un grand lotissement. Cepen­dant, une splendide plage en forme de coquillage s’étend d’une pointe à l’autre sur 2,5 km, encerclant un petit îlot. Les étongs d’Arasu, à l’arrière de la plage, sont bien visibles depuis une route menant à la Cala de Capicciola, elle aussi occupée par un lotissement. Un sen­tier menant à la Punta Capicciola permet cependant de rejoindre la petite plage orientée plein sud. Le centre naturiste de Villata, situé à l’arrière de l’étang Padulu Tortu, donne sur une petite baie limitée par lo Punta di Pilotogu ou sud et par l’île de Pinarellu au nord.

Le village de Sointe-Lucie-de-Porto-Vecchio dépend de Zonza, capitale de l’Alfa Rocca. Celle-ci se cache dans la montagne de l’autre côté de la chaîne de Samulaghia, véritable station pour les randonneurs et les amoureux de la montagne. Sainte-Lucie domine le port et le golfe de Pinarellu dont les plages, sauf la principale, sont bordées de rési­dences privatisant le rivoge. En revanche, la grande plage au sud du village de Pinarellu, est assez sau­vage : ses dunes sont plantées de pins ainsi que le territoire qui entoure l’étang de Padulatu. Ce ter­ritoire est en passe de devenir pro­priété du Conservatoire du Littoral, à l’instar de l’île de Pinorellu dont les minuscules anses sont dominées par une tour génoise carrée. Dans le golfe, des barques de pêche et des bassins d’aquaculture voisinent ovec des bateaux de plaisance qui trou­vent ici un abri sûr. Un cimetière morin participe à cette ambionce tranquille.

Au nord du golfe de Pinarellu, la rivière U Covu se jette dons la mer au bord d’une large plage : la ploge de Lavu Santu. Longue de 300 m, elle appartient ou Conservatoire du Littoral qui en a protégé l’accès direct par un muret de pierre. Il en est de même pour l’étang qui com­muniquait autrefois avec la mer, aujourd’hui olimenté par les eaux de ruissellement. Limitant au nord le domoine de 38 ha, la tour de Fau-teo se dresse à l’extrémité d’une petite crique au nord de la plage de Lavu Santu. La restauration de ce monument est due, pour une bonne part, à la générosité d’un couple d’Allemands qui, s’étont rencontrés sur place trente ans auporavont, y ont consacré une forte somme en 1987. La baie de San Ciprianu, pleine de dongers, offre oux petites novires un mouillage abrité des vents d’ouest à nord-est. Par vent de nord-est, les bateaux de plaisance trouveront un meilleur mouillage par 3 à 4 m de fond à 300 m de l’île San Ciprianu. Le golfe de Pinarellu n’offre un mouillage sûr que par vents de terre, par 4 à 6 m d’eau, devant la longue plage du sud-ouest.

Promenade Porto Vecchio

Mercredi 23 février 2011

Promenade A pied Ascension de lo Punta di a Vacca Morto, au pied du lac de l’Ospedale : panorama fantastique sur les golfes de Porto-Vecchio et de San Cipriano, et sur les rivières du Fiumiccioli et de rOrtolo. Découverte de la Piscia di G? Ilu, cascade au-dessus du barrage de l’Ospedale. Le sentier démarre au niveau de la D 368. On pourra se baigner dons des cuvettes naturelles, non loin de là. Parc naturel régional de Corse. Tél. : 95.70.50.78. QuiliciJean-Paul.Tél.: 95.78.64.33. Guide de haute-montagne, randonnées, canyoning et escalade. En bateou Compagnie des promenades en mer. Tél. : 95.70.69.00. Excursions dans le golfe et les îles Cerbicale ainsi qu’à Bonifocio. En hélicoptère Société Figari Aviation Transports, route du Port. Tél. : 95.70.03.40-95.70.12.98. Circuits touristiques sur le golfe de Porto-Vecchio et vers Bonifocio. Sport Golfe Fitness, le Miramar, voie romaine. Tél. : 95.70.40.16. Loisirs Cinémathèque régionale de Corse : 3 000 films y sont stockés. Cinéma Empire, route de Bonifocio, Tél.: 95.70.41.37. Discothèque Via Natte, route de Porra. Tél.: 95.72.02.12. Manifestation Festival Cinémoffiches (juillet) : propose la découverte de réalisateurs corses ou non.

Loisirs Porto Vecchio

Mercredi 23 février 2011

Nature

Les six îles Cerbicale, classées en réserves naturelles, sont situées â 3 km au large de Porto-Vecchio. Goélands d’Audoin et faucons d’Eléonore, espèces très rares, nichent sur Piana, lo plus grande d’entre elles. L’accès en est donc interdit durant la moitié de l’année.

Plaisance

Capitainerie du port de plaisance, quai des Torpilleurs. Tél.: 95.70.17.93. Le port de plaisance est protégé par la digue de Ficaja ou nord et lo digue du Dispensaire au sud. Le plan d’eau est équipé de 6 pontons d’amarrage comprenant 540 postes pour bateaux de 6 à 15 m dont 150 pour bateaux de passage. Eau et électricité à tous les postes. Poste de carburant, sanitaires, téléphones publics et laverie. Cale de halage au quai sud pour bateaux de moins de 1 m de tirant d’eau, 3 grues de 171, petites réparations possibles, gardiennage toute l’année. Autres mouillages dons le golfe de Porto-Vecchio : les petits navires peuvent mouiller dans la baie de Stagnolu ou aa nord-ouest de l’îlot Ziglione.

Plage Porto Vecchio

Mercredi 23 février 2011

Plage Golfe de Santo-Giulia Longue ploge de sable blanc (1,5 km) séparée par des dunes de l’étang de Santa -Giulia. Le Conservatoire du Littoral, qui possède toute la Punta di Rafoellu fermant le golfe au sud ainsi que l’étang, n’a cependant pu empêcher l’installation d’un grand hôtel et de bungalows sur les dunes. Presqu’île de Piccovaggia Toutes les anses de la presqu’île arborent une couleur bleu turquoise mise en valeur par le sable blanc paradisiaque et les pointes rocheuses d’un très beau rouge. Deux plages s’étirent de chaque côté du Copu d’Acciaju : celle du sud, la plus petite, qui est orientée au sud, et celle de la Folaca, longue de plusd’l km, qui regarde vers l’est. Mais c’est l’immense et très belle plage de Palumbaggia (2 km) aux dunes plantées de pins parasols, orientée au sud-est et faisant face aux îles Cerbicale, qui remporte la polme de la fréquentation. Le Conservatoire restaure peu à peu les dunes piétinées pendant des années par les nombreux baigneurs. Quelques petites calas ponctuent ensuite la presqu’île, comme celles de Forano, de Turcu, de Cavallu et la cala Rossa, jusqu’à la petite baie de Caratoggio. Seuls des sentiers traversant le maquis permettent de les rejoindre, depuis la route qui fait le tour de la presqu’île. A la pointe de celle-ci, entre ie hameau de Piccovaggia et le phare de Cbiappa que l’on gogne par une piste goudronnée, le centre naturiste A Chiappo domine la petite baie de Bona fflatino. La marine d’Arje et sa plage de galets restée à l’étot naturel, se découvrent ensuite à l’ouest de la Punta di a Chiappa devant un petit étang côtier, non loin du hameau de Rosumannu. De chaque côté de lo Punta di a Varra qui ferme le golfe de Porto-Vecchio, les plages des villages de vacances de Pavellone et de Ziglione sont peu intéressantes, tandis qu’au sommet de la pointe elle-même, le panorama sur le golfe de Porto-Vecchio est superbe. • Golfe de Porto-Vecchio Deux plages orientées à l’est encadrent le ruisseau de Lagunienu, près du hameau de Poretta au nord de Porto-Vecchio. La baie de Stagnolu face à la Punta di a Vorra creuse ou nord le golfe de Porto-Vecchio, au pied du hameau de Sainte-Trinité. Elle est bordée de plages où l’on pratique la voile.

Porto Vecchio

Mercredi 23 février 2011

Porto-Vecchio, lieu de résidence d’hiver des bergers d’Ospedole et de Quenzo, est élevée au rang de place forte par l’Office Saint-Georges en 1 539 après toutes les autres cités de la côte corse. Le golfe de Porto-Vecchio est en effet assez étroit et profond, ce qui lui offre une excellente protection contre des agres­seurs venus de la mer.

Il est surtout le seul à pouvoir assurer une bonne défense sur la côte orientale à l’aspect trop linéoire. La colonie génoise s’installe dans la citadelle bâtie sur une arête de porphyre rose surplombant le port. Cependant, la malaria qui sévit dans la plaine marécageuse irriguée par l’Osu et le Stobiocciu décime la population. La cité est repeuplée sept ans plus tard par des Corses que l’autorité génoise contraint à s’y installer. Bien entendu, les raids barboresques,la malaria et la résistance de ces nou­veaux habitants auxquels on a pris leurs terres faciliteront la reprise de Porto-Vecchio par Sampiero Corso, obondonné par les François en 1564. Mais la place ne reste pas longtemps sous so direction puisque la flotte de Philippe II, roi d’Espagne, allié aux Génois, la reprendra quelques mois plus tord.

Porto-Vecchio est une petite cité tranquille à l’abri de ses remparts jusqu’au début du siècle. A cette époque s’y implantent des salins ainsi qu’une usine de préparation du liège exploité depuis longtemps dans les forêts des environs. Tou­jours d’actualité, ces activités sont dorénavant supplantées par le tou­risme qui multiplie par trois le nombre des habitants de lo com­mune en été. Très prisée par les Ita­liens, Porto-Vecchio est en effet une station balnéaire en plein essor. Il est vroi qu’autour de la ville se trouvent un nombre important de plages magnifiques mais aussi des sites préhistoriques étonnants (les monuments forréens de Torre, de Tappa et d’Arraggiu) et des villages de montagne relativement proches, où l’on peut respirer un oir plus frais. Ainsi, le Parc naturel régionol et le Conservatoire du Littoral protè­gent, chacun sur son domoine, les forêts et les côtes mises à. rude épreuve por le tourisme. Le Conser­vatoire, qui a déjà ocquis des sites dans la golfe de Sonfa-Giulia, à Tamariccio et Palombaggia, tente d’agrandir son territoire le long de la côte, jusqu’à Sainte-Lucie de Porto-Vecchio.

Plage Bonifacio

Mercredi 23 février 2011

Golfe de Ventilegne : de petits étongs forment l’embouchure des ruisseaux qui se jettent dans les calos sableuses de Pisciu Cane, Saparelli et Ventilegne. Baie de Stagnolu : de l’autre côté de la Punta Tonnora, pointe rocheuse accompagnée d’Ilots du même nom, la baie de Stognolu et sa plage sableuse peuvent accueillir de petites unités de plaisance. Entre le Capo di Feno et lo marine de Bonifacio, un sentier sur les falaises permet d’atteindre quatre petites plages qui tapissent le fond des calas di Paroguano, de Fozzio (protégée par son île), d’Orinello et de Catena. De celle-ci, on peut gagner la grotte de Sdragonato, près du phare de la Madonetta. Côte est de la Punta di u Cappiciolu : des pistes et des sentes relient entre elles de petites calas depuis la D 258 jusqu’à la tour génoise de Sant’Amanzo. Golfe de Sont’Amonza : une jolie plage d’environ 1 km de long, orientée à l’est, dessine le fond du golfe entre le port de Gurgazo et lo Cola di Stentino. Plus au nord, les étangs de Canettu, puis de Balistro, sont bordés d’une petite et d’une gronde plages (1 km de long). Puis, des petites calos jalonnent la côte nord du golfe jusqu’à la Punta di Rondinaro qui touche presque lo Punta di Prisarella, il est entièrement tapissé d’une belle plage semi-circulaire bordée par l’étang de Prisarella (il peut servir d’abri pour les plaisanciers qui seront charmés por ses couleurs intenses).