23 avril 2024

Olmeto

Bordant la N 196 (Ajaccio-Bonifo-cio), le village d’Olmeto surplombe Propriano. Bien qu’il soit troversé par la route nationale, il mérite une promenade au gré de ses ruelles tor­tueuses le long desquelles s’alignent d’austères maisons typiques des hameaux de montagne. C’est dans l’une d’elles que Colomba, l’héroïne de Mérimée serait motte. A l’est du villoge, de l’autre côté de lo natio­nale, les ruines du Castello délia Rocco évoquent la première grande révolte contre Gênes (1376), orga­nisée par son propriétaire, Arrigo délia Rocca, descendant des comtes de la Cinarca. Parvenant à s’empa­rer de l’île, à l’exception des ports de Calvi et de Bonifocio, avec le sou­tien du roi d’Aragon, il gouverne l’île durant douze années grâce au titre de comte de Corse que lui a octroyé ce dernier. Mais la commune d’Olmeto possède d’autres atouts. Elle est délimitée à l’ouest par le Taravo dont l’embou­chure est surveillée por la tour génoise de Micalono, et à l’est par la rivière Baroci. Elle possède sur lo côte quelques plages de sable orien­tées au sud-est, de 200 m de long (Abbortello) et de plus d’1 km (ploges de Tenutella, de Compitellu, de Baraci). D’outre part, l’établisse­ment thermal des bains de Baraci (en ruine), situé au bord de lo rivière homonyme, est assez réputé pour sa source d’eaux sulfureuses et salines (52°). Depuis l’Antiquité, elles traitent les rhumatismes, les malodies de la peau ainsi que celles des voies respiratoires et urinaires. Une belle vue s’offre sur le village d’Olmeto et la Punta di Buturetu (871 m) qui domine le village.