Promenade à Bastia

A pied: La place Saint-Nicolas, ses platanes et ses palmiers, est le lieu de représentation de lo ville, où il fait bon flâner les soirs d’été. Promenade sur les quais et dans les ruelles du vieux port (quartier de Terra Vecchia) qui, malgré la destruction de ses bâtiments â lo Libération et leur reconstruction par l’architecte Pouillon, est un lieu magique. Le jardin Romieu qui monte du vieux port vers la citadelle permet, en outre, de se reposer ô l’ombre de grands arbres. Terro Vecchia : l’église Saint-Jean-Baptiste, sur lo place du Marché joue le rôle de cathédrale de la ville. Construite de 1636 à 1666, elle oppose ou style solennel de sa foçade, ses décors intérieurs boroques. Angelots, marbres polychromes, stucs dorés et peintures ornent en effet toute l’église qui célèbre notamment soint Erasme (chapelle latérale), saint Pierre et soint Paul (retable du XVIIIe siècle), tous trois patrons des pêcheurs, et saint Eloi (autre chapelle), patron des ortisons de Bastio. Située au sommet d’escoliers et dominant le vieux quartier, l’église Saint-Charles-Borromée dédiée lors de sa construction (1635) à Ignace de Loyola, fondateur de l’ordre des Jésuites, devient après leur expulsion en 1768 le lieu de célébration de la confrérie Saint-Charles. Néoclossique, la foçade de l’église Saint-Roch a été restaurée en 1900, tandis que l’église elle-même dote de 1604 et célèbre deux saints ontipesteux, saint Sébastien et saint Roch. Remontant à 1611, contrairement ? la date portée par le revêtement en morbre de sa façode, l’église de lo Conception est ornée à l’entrée d’une statuette de la Madone dotant du xvne siècle. Le baroque du décor intérieur explose littéralement dons la chapelle de droite, tondis qu’une copie de \’Assomption de Murillo trône ou-dessus du maître-autel en marbres polychromes. Terra Novo : baroque, la cathédrale Soinfe-Morie date du début du XVIIe siècle. Accolée à l’oratoire Sainte-Croix, elle est surmontée d’un componile qui domine le quartier. Ses décors intérieurs en trompe-l’œil, ses stucs et ses peintures illustrent bien le style baroque. Décorés de marbres polychromes, le maître-autel et les fonts baptismaux n’ont cependant rien à leur envier. Une toile placée dans une chapelle du collatéral gauche représente Pie V décorant Don Juon d’Autriche, et évoque lo botoille de Lépante (1571). Oratoire de Sainte-Croix : deux confréries se sont partagé l’édifice, celle de l’Annonciation et celle de Sainte-Croix. Si les voûtes sont décorées de peintures du xvme siècle, le bâtiment, vraisemblablement plus ancien, a peut-être été édifié pour abriter le crucifix miraculeux, objet d’un culte jusqu’à nos jours.

A cheval : Centre équestre de la Morana.

Laisser une réponse