25 juin 2024

Rogliano – Marine De Macinaggio

Ancienne petite capitale du cap Corse (avec 4000 hob. au XVIIe siècle), Rogliono ou Pogus Aurelia-nus pour les Romains se développe sous l’influence des da Mare, sei­gneurs génois qui s’y installent dès le XIIe siècle. D’importants édifices (tours rondes et carrées, châteoux, couvent…) subsistent ou sein des sept hameoux en terrasses et à toits de « teghje » (louzes) qui composent un superbe paysage. Autrefois escale des marins de la mer Tyrrhénienne, Mocinaggio sert de bose à de nombreux common-dants : Négroni au cours de lo bataille de Lépante en 1571, de Cursay et ses troupes en 1747 et enfin Pooli qui y débarque en 1767, l’utilise pour prendre Capraio oux Génois et y revient, en 1790, oprès vingt ans d’exil. La marine de Moc­cinoggio représente aujourd’hui le port de plaisance le plus important – voire le plus agréable – du cop Corse. L’impératrice Eugénie s’y réfugie en 1869 pour échapper à la tempête : la route (D 53) qui mène ou homeou de Betolacce porte d’ail­leurs son nom ! Les polazzi de riches Cap-Corsins émigrés oux Amériques, ovec leur architecture coloniale, sont nom­breux dans le village comme leurs tombeaux d’outant plus étonnants que certoins s’y sont fait enterrer sans jamais avoir vu leur île d’ori­gine. Autour de Macinoggio s’étend le clos Nicrosi, fomeux vignoble classé en appellation d’origine contrôlée et qui produit un vin blanc et un mus­cat renommés.

Plages

Dans la baie de Tomorone, grande plage de sable du même nom, puis, accessibles à pied par le chemin des douaniers, la belle plage des îles, l’anse de Santo-Maria et les petites criques de Genovese et de Francese (toutes de sable revêtues). Nature Le Conservatoire du Littoral possède, de Tamorone à la pointe d’Agnello, un site de 377 ha : le domaine de Capandula où l’on ne peut circuler qu’à pied. Le maquis y est parfois très difficile à traverser car de multiples incendies ont ravagé la végétation de maquis houf durant de nombreuses onnées, créant une végétation de racailles et de massifs de ronces aux abords des zones humides. Heureusement, cette pratique postorale a cessé ici depuis 1985, permettant à une végétation plus riche de se développer.Les îles Finocchiarola et leur tour génoise sont classées en réserve naturelle (accès réglementé) pour protéger lo reproduction des goélands d’Audouin, espèce rare nichant en Méditerranée, soit 40 couples et 80 % de la population de cette espèce en Corse. On peut y observer quelques cormorans huppés qui s’y plaisent également.

Plaisance
Port de Macinoggio, capitainerie. Tél.: 95.35.42.57. 560 postes à quai dans le port, dont 260 pour les bateaux de passage, jusqu’à 3 à 4 m de tirant d’eau et 40 m de long. Eau et électricité à quai, postes de carburant dans le port. 2 mouillages forains sont disponibles dans la baie de Tamarone et dans la rade de Santa-Mario. •Location de bateaux – cap Corse Voile.

Promenade
A pied Dominant Bettolacce, deux églises sont à visiter : Saint-Côme et Saint-Damien et Saint-Agnel (toutes deux du XVIe siècle); Saint-Agnel a été agrandie en 1720 et la clôture de chœur offerte par l’impératrice Eugénie. A Vignale, ruines de deux châteaux : San Colombano, château des da Mare, rasé par les Génois après la trahison d’Ansaldo da Mare, ce qui lui vaut aujourd’hui la dénomination péjorative de Castellaccio, et celui de la famille Négroni, nommé tout simplement Castello. Au-dessus du hameau de Vignole se dresse la tour Barbara da Mare. Cette grosse tour carrée qui ne se visite pas, porte le nom de la fille de Giocomo da Mare, traître à Gênes, qui se rallie en 1553 au parti de Sampiero, un colonel français. Cette tour a été le théâtre de l’exécution par des Corses de l’administrateur que Barbara avait choisi pour gérer ses biens. Visite de Sonta-Mario-di-o-Chiapella, en empruntant dans le maquis le sentier qui port de Tamorone et contourne le Monte di a Guardia (1 h). Chapelle romane remaniée ou XVIIe siècle, elle présente une abside double du XIe siècle et se situe non loin de l’emplacement d’un foyer installé dès l’époque romaine pour guider les navires, y compris de nuit. La tour génoise qui la flanque a été construite par lesda Mare en 1549. On peut continuer lo balade par les calas Genovese et Francese vers lo pointe d’Agnello : le sentier permet alors de découvrir des falaises sauvages et déchiquetées. Ascension du Monte di a Guordia (111 m), à partir du même sentier que celui de Santa-Maria : magnifique vue sur les trois tours génoises de Finocchiarola, de Santa-Mario et d’Agnello. Au-dessus du hameau d’Olivo, près de l’ancien couvent Saint-François (privé) et de son église en ruine, on découvre

un vaste panorama sur Macinoggio et so vallée.
A vélo On peut effectuer les mêmes promenades qu’à pied.

Manifestations
Un « Catenacciu » se tient le vendredi saint à Rogliono.