3 mars 2024

Saint Florent

La citadelle de Soint-Florent, cam­pée à l’embouchure de l’Aliso sur un léger promontoire, o donné son nom au très beau golfe qu’elle contrôle. Les « stozzone » (dolmens) des Agriotes ainsi que le « stontari » (menhir) de Barbaggio témoignent de l’occupation, dès les temps pré­historiques, de la région de Saint-Florent, mois ce sont les Romains qui fondent Nebium, à l’origine de la ville. L’évêché du Nebbio s’ins­talle dans le golfe o partir du IVe siècle et y demeure jusqu’au XVIIIe siècle. Trop fragile au regard des attaques répétées des Barbaresques, la plaine marécageuse du golfe de Saint-Flo­rent par ailleurs infestée por la malaria n’est pas occupée durant la domination pisane, malgré l’édification de la « cathédrale du Nebbio », église romane en calcaire de style pisan. Réfugiés dans les montagnes du Nebbio, la région agricole qui s’étage derrière la ville, les habi­tants exploitent ces terres fertiles, produisant blé, châtaignes et vin. Lo république de Gênes édifie une citadelle en 1439 qui lui permet de contrôler le golfe. Elle accueille surtout une population de pêcheurs. Très convoité por les Français, les Corses et les Génois, le site connaît de nombreux conflits dus ô sa posi­tion stratégique, jusqu’en 1667. C’est à cette date que Gênes, considérant la sécurité enfin acquise, sou­haite faire des économies sur la garnison et décide de raser les remparts. A cause des attaques qui reprennent et des fièvres provo­quées par la maloria, la ville péri­clite peu à peu et so population tombe à 350 hab en 1774. C’est à Saint-Florent que Posquale Paoli embarque pour son exil londonien, durant l’épisode du royaume anglo-corse. Il fout attendre le début du XIXe siècle pour que Saint-Florent reprenne son essor, avec l’arrivée des premiers touristes séduits par la beauté du site. Une route de liaison entre Saint-Florent et la côte orien­tale est alors mise en chantier. Sous le second Empire, les marais sont enfin asséchés, ce qui permet aux habitants du Nebbio de redescendre vivre dons la plaine littorale. De nos jours, Saint-Florent dont les maisons se serrent autour de la cita­delle située ou ras de l’eau, est une station balnéaire très appréciée des vacanciers qui y trouvent une gamme d’activités nautiques et la proximité verdoyante du Nebbio.

Plages

La grande plage de soble foit de Saint-Florent une très agréable station bolnéoire car la boignade y est surveillée en été. Mais deux autres plages se situent au nord de la citadelle, à la limite de Patrimonio : celle d’Olzu (camping du même nom) et celle de Tettola.

Promenade • A pied

Les rues très étroites de Soint-Florent se prêtent à la flânerie du piéton qui ne sera pas importuné par la circulation automobile. Santo-Maria-Assunta, lo « cathédrale du Nebbio », est un édifice à trois nefs, date du XIIe siècle. Elle est construite en calcoire blanc à grain serré, contrairement oux autres églises romanes-pisones de lo même époque qui sont bicolores. Malgré la disparition du clocher carré, on peut noter lo gronde parenté qui existe entre cette église et « la Canonico ». Cependant, une plus grande importance a été donnée, ici, au décor. Finement ciselés et ornés, les corniches de lo façade et les chapiteaux qui reposent sur des piliers carrés ou des colonnes, méritent d’être admirés. Dans l’abside voûtée, on pourra remarquer lo statue et les reliques de saint Flor, soldat romain martyrisé au IIIe siècle et patron de la ville. (Les clefs de l’église sont disponibles au syndicat d’initiative).