18 mai 2024

Ville Di-Pietrabugno – San-Martino-Di-Lota – Santa-Maria-Di-Lota

Après avoir longé la plage de Togo (Ville-di-Pietrabugno), une jolie route en corniche s’élève à flanc de montagne et permet d’admirer les îles de l’archipel toscan : Elbe, Capraia, Pianosa et Monte-Cristo, oinsi que des tombeaux monumen­taux disposés dans le maquis. Moins caractéristiques que Miomo – lo marine de Sonta-Maria-di-Lota qu’on atteint par la corniche, avec sa plage de galets et sa tour génoise -Pietranera et Grigione font plutôt partie de la banlieue chic de Bastia. Au hameau perché de Mola (San-Martino-di-Lota) on peut remarquer le château privé de Cagninacci, riche Cap-Corsin émigré au Venezuela tan­dis qu’à Figarella, un des hameaux de Santa-Maria-di-Lota, l’église Saint-Antoine bâtie au XIXe siècle sur des grottes est ouverte à la visite. Un pont génois permet d’atteindre un outre hameau de Santa-Maria : Mandriole, où l’on peut voir l’église de l’Assomption datant du XVIe siècle, ainsi que la chapelle-Soint-Jean.