1 mars 2024

San Nicolao di Moriani

Entre Aleria et Moriani-Plage, la côte orientale forme une interminable plage de sable, sans reliefs, sons criques et sons caps. Hormis la bai­gnade sur la très touristique plage de Moriani (dernière ploge avant Bastia), San-Nicolao est intéressant pour ses hameaux qui s’étagent sous le Monte Negrine. Por la D 34, on accède au fond d’un beau cirque. Celui-ci se referme au-dessus de San-Nicolao où se trouve la plus ancienne église baroque de Corse. Une petite transversale s’enfonce dans la montagne vers la très belle corniche de la Castagniccia qui conduit à Cervione. Les excursions dans l’arrière-pays sont d’oilleurs l’un des seuls charmes de Moriani-Plage, consacrée avant tout au bron­zage de ses vacanciers. Moriani-Plage, en effet, compte parmi les stations balnéaires les plus appré­ciées de la côte orientale. Il faut s’éloigner des routes et des villages de vacances pour trouver un peu d’espace « vierge ». Il est conseillé de se rendre au bord de l’immense ploge se trouvant à l’extrémité d’une petite route (à prendre à lo hauteur du phare d’Allistro, ou bord de lo N 198 et à 14 km au sud de Moriani). Cet endroit, relativement tranquille en été, permet d’effectuer de longues promenodes le long de lo ploge qui est assez peu fréquentée (plutôt vers le nord que vers le sud d’Allistro où commencent les vil­lages de vacances).

Grâce au sentier « Mare a Mare Nord », balisé en oronge, on peut à partir de lo côte orientale, à pied et en 7 à 10 jours, rejoindre la côte ouest par Sermono, Corte et Car-gèse. L’époque idéale pour entre­prendre cette bolade est comprise entre juin et septembre. Une variante est possible en 7 jours, entre Sermano et Morignona. Le tor­rent de Bucatoghju, à 1 km ou sud de Morioni, est superbement enjambé par un pont génois flanqué d’un ancien moulin. A visiter : l’église paroissiale.