2 mars 2024

Des bains de mer aux bains de foule

Avant les années ’60 et la mise en valeur progressive de la plaine, la côte orientale n’attire pas les vacanciers. Depuis, la fréquentation touristique a parfois pris une connotation péjorative : massive et peu respectueuse de l’environnement, mitant les forêts par des bungalows et autres caravanes. Pourtant, de vastes zones situées à l’écart des villages de vacances offrent quelques beaux espaces de tranquillité, notamment à proximité des secteurs de plus en plus conséquents acquis par le Conservatoire du Littoral. De même, la proximité des marais donne l’occasion d’observer de nombreux oiseaux relativement à l’abri, comme sur l’étang de Biguglia qui est le plus vaste de Corse.

La plaine orientale souffre de son dynamisme. Les transformations du paysage ont été rapides, tout comme l’augmentation de la fréquentation touristique, parfois incontrôlée. Le contraste avec les différents massifs montagneux tout proches, calmes et accueillants, comme la Castagniccia, en est d’autant plus marqué.